Les personnes ayant une situation financière confortable, appliquent une règle d’or : la répartition des risques en matière de placement. Autrement dit, elles investissent un tiers de leur fortune dans les biens immobiliers, achètent de l’or avec un autre tiers et conservent le reste sous forme de billets de banque.

Investir dans les biens immobiliers

Le marché de l’immobilier fluctue sans cesse et nul n’est à l’abri de voir son patrimoine perdre de la valeur. Mais une chose est sûre : une propriété foncière aura toujours une valeur marchande, même si l’économie du pays ou du monde s’effondrait. En outre, les petites surfaces bien placées en ville sont très demandées. Elles offrent généralement une rentabilité intéressante et se revendent facilement.

Placer une partie de sa fortune dans de l’or

Comme les biens immobiliers, le cours de l’or fluctue mais présente la garantie de toujours valoir quelque chose, quelle que soit la conjoncture. D’ailleurs, les systèmes monétaires du monde entier ont longtemps utilisé l’étalon-or. Les lingots et pièces d’or sont depuis toujours considérés comme une valeur refuge. Outre l’absence de connexion avec les marchés financiers, les placements dans l’or offrent également l’avantage de protéger les investisseurs de l’inflation et de la déflation.

Acheter des actions et des obligations

Plus risqués que les investissements dans l’immobilier ou l’or, le placement de fonds dans des actions ou des obligations offre un avantage de taille : leur vente permet d’obtenir très rapidement des liquidités. Mais, actions et obligations sont soumises aux aléas des marchés financiers : c’est pour cette raison qu’il est généralement conseillé de consacrer une partie de son portefeuille à l’achat de titres risqués, mais à fort potentiel, l’autre partie servant à investir dans des titres moins prometteurs, mais plus sûrs. En cas d’effondrement du cours des actions ou des obligations qu’il détient, voire de la Bourse, l’investisseur qui a ainsi réparti ses fonds évitera de perdre l’intégralité de ses placements.