Dans quoi investissent les PME françaises en 2018 ?

Les difficultés rencontrées par les entreprises pour recruter causent une baisse des investissements et des nouvelles implantations. Dans quoi les PME françaises concentrent-elles leurs investissements depuis une dizaine de mois?

La modernisation et le renouvellement des équipements

Le premier poste d’investissements des PME, c’est la modernisation et le renouvellement de leurs équipements. La plupart ont recours au crédit ou à la location longue durée pour financer une partie de ces investissements. L’autre but de ces emprunts, c’est de bénéficier de « l’effet de levier ». Autrement dit, utiliser le financement pour avoir une bulle d’air. Mais il n’est pas facile de se faire financer ! Du coup, de nombreuses PME sont contraintes de puiser dans leur trésorerie, quand elles disposent de fonds propres, pour racheter des machines.

La mise en conformité et le respect de l’environnement

Si les PME rechignent à multiplier leurs implantations, elles ont tendance à consacrer une partie de leurs investissements à mettre leurs installations en conformité avec la règlementation. Des travaux d’adaptation sont aussi faits pour répondre aux normes environnementales. Souvent, les entreprises doivent faire beaucoup de travaux pour respecter les normes de sécurité, de bruit ou encore de pollution.

La R & D

Un autre poste d’investissement en progression dans le budget de dépenses des entreprises françaises, et notamment des PME, est la R & D. Des enveloppes de plus en plus importantes sont en effet allouées à la recherche afin de mettre l’accent sur le développement de produits différenciés et présentant une plus forte valeur ajoutée.

Les logiciels

Comme les entreprises américaines, les sociétés françaises investissent massivement dans les logiciels et les bases de données.

Les entreprises françaises investissent en moyenne plus que leurs voisines européennes, mais enregistrent de moins bonnes performances qu’elles. Ce phénomène s’explique notamment par le poids de l’immobilier dans le budget et la lourdeur de la règlementation. Deux blocages diminuant l’efficacité de l’investissement.