La réforme du Perp

En parallèle des autres révisions de ses produits d’épargne retraite, la France prépare une réforme de son Plan Épargne Retraite Populaire, son célèbre Perp.

Le choix entre le capital et la rente à vie

Dans le cadre du projet de loi Pacte (qui signifie Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), le Parlement débattra fin septembre 2018 de la liberté de choix concernant la perception des produits d’épargne retraite. Si la réforme est adoptée, les retraités détenteurs de plans épargne auront le choix entre toucher un capital ou une rente à vie. Cette innovation serait un bouleversement de taille puisque jusqu’alors, hormis les petits Perp, 80% des rentes subissaient une imposition.

La possibilité de débloquer les fonds de manière anticipée

La réforme prévoit également d’assouplir les modalités de déblocage des fonds en autorisant les détenteurs de Perp à percevoir les sommes placées pour acheter une résidence principale. Rappelons qu’à l’heure actuelle, l’argent placé est bloqué jusqu’à la retraite et seul un fait exceptionnel tel que le décès d’un conjoint peut permettre de le récupérer avant.

Un avantage fiscal inchangé

En revanche, la réforme ne prévoit pas de toucher à l’avantage fiscal que présentent les versements Perp, à savoir le fait qu’ils soient déduits des revenus jusqu’à un certain plafond. Les foyers devraient continuer à payer l’impôt au moment de leur passage en retraite, une période où ils paient souvent moins d’impôts que lorsqu’ils sont en activité.

Le but de la réforme

Reste à savoir si les assouplissements prévus dans cette réforme, qui, rappelons-le, n’est pas encore adoptée, suffiront à convaincre plus d’épargnants d’ouvrir un Perp. Rien n’est moins sûr, même si de nombreux experts considèrent que l’impossibilité de récupérer plus de 20% de son capital constitue à l’heure actuelle le principal facteur bloquant dissuadant de nombreux contribuables de prendre un Perp.

Add Comment