L’épargne-retraite, une nécessité pas toujours bien comprise

Du fait de leur pouvoir d’achat en chute et des difficultés à boucler les fins de mois ou peut-être parce qu’ils ont encore confiance dans le système, de nombreux Français négligent l’épargne-retraite. Pourtant, d’inquiétantes réformes semblent se préparer pour les retraités et selon les prévisions, les pensions de retraite pourraient commencer à baisser dès 2019.

Une épargne retraite qui ne progresse pas

De toute évidence, en France, la progression de l’effort d’épargne s’essouffle. Pourtant, tous les signaux sont à la baisse en ce qui concerne aussi bien le régime de retraite que les régimes complémentaires et il faut voir la réalité en face et intégrer le fait que la plupart des actifs, bien qu’ils paient des cotisations sur leur salaire, ont intérêt à préparer également un bas de laine pour leurs vieux jours.

En 2018, seulement 55% des Français déclarent épargner pour leur retraite, contre 54% en 2017, et 57% en 2015. Un taux qui se stabilise et qui n’est pas rassurant compte tenu des baisses de pensions qui s’annoncent.

Les retraités épargnent plus que les actifs

En outre, ce sont les retraités qui mettent le plus de côté. En effet, seulement 25% des actifs épargnent régulièrement, dont 15% assez régulièrement et 10% très régulièrement. Des taux qui ont baissé depuis 2017 puisque l’année dernière ils étaient 31% de non-retraités à épargner, dont 18% régulièrement et 13% très régulièrement. Pourtant, huit actifs sur dix savent pertinemment que leur pension de retraite sera insuffisante pour leur permettre de vivre.

La tendance chez les retraités est totalement inverse : ils sont 55% à épargner contre 46% l’année dernière. Un taux qui traduit bien une peur de l’avenir et une angoisse suscitée par les dernières annonces du gouvernement concernant la baisse des pensions. Sachant que les pensions de retraite baisse déjà mécaniquement depuis plusieurs années puisqu’elles augmentent moins que l’inflation et subissent de plein fouet les augmentations de la CSG.