Les institutionnels continuent d’investir dans l’immobilier

Avec la baisse du rendement dans le secteur de l’immobilier d’entreprise, on aurait pu penser que les investisseurs institutionnels bouderaient ce segment. Il n’en est rien : ils se sont simplement mis à privilégier les actifs « de niche ».

L’immobilier d’entreprise a toujours la cote chez les institutionnels

L’immobilier d’entreprise a toujours le vent en poupe auprès des investisseurs institutionnels et les chiffres le prouvent. En comparant à la même période en 2017, les achats dans le domaine de l’immobilier d’entreprise en France ont augmenté de 14% au premier trimestre 2018. Presque 4 milliards d’euros de transactions ont eu lieu durant ces trois mois. La distribution des secteurs est la suivante : 3 milliards dans l’immobilier de bureau, 600 millions dans le commerce et autant dans l’industrie.

On constate également une augmentation des transactions élevées, puisque presque la moitié des ventes portent sur des surfaces de plus de 5 000 mètres carrés. Le seul bémol sur ce marché est la pénurie de biens, car les investisseurs institutionnels ne parviennent pas à acquérir autant d’actifs qu’ils le veulent et sont contraints de trouver d’autres placements.

Les investisseurs institutionnels se tournent aussi vers les actifs de niche

La plupart des investisseurs institutionnels et des particuliers français ont décidé de s’intéresser également à d’autres créneaux bien spécifiques : le résidentiel, l’hôtellerie ou encore l’immobilier géré. Dans ce portefeuille immobilier arrivent aussi en bonne place : les établissements de santé, les résidences de retraite médicalisées, de santé et d’autres établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Les établissements d’hôtellerie de plein air ont aussi la cote.

Ces nouveaux créneaux sont aussi un moyen utilisé par les français pour contrer les investisseurs étrangers, notamment allemands, britanniques et américains. Une autre piste privilégiée est la diversification géographique et certains investisseurs français n’hésitent plus à aller en province. Le secteur des biens en transformation est aussi très prisé : des immeubles de bureaux anciens sont acquis pour être réhabilités.

Add Comment