La Banque de France s’est intéressée aux placements préférés des Européens et force est de constater que nous avons une culture en matière d’investissement très différente en fonction de nos pays.

Les Européens investissent avant tout dans la pierre

Sans surprise, on remarque que les ménages investissent en premier lieu dans leur résidence principale, qui constitue 50% de leur patrimoine, l’autre étant composé de produits financiers. Ce taux grimpe à 70% si on fait entrer la résidence secondaire et les investissements locatifs. Plus sûr que la bourse, l’immobilier est donc le chouchou des Européens.

De fortes disparités en fonction des pays

Si elle représente 48% de l’actif des Français, la résidence principale représente 61% du patrimoine des Italiens et jusqu’à 70% des Hollandais, des Slovaques ou des Slovènes. Et contrairement aux idées reçues, c’est l’Allemagne qui fait office de mauvais élève dans ce classement : 41% de l’actif des Allemands est composé d’immobilier, un taux qui augmente de 30 points si on inclut les résidences secondaires. En analysant ces chiffres, il ne faut toutefois pas oublier de tenir compte des prix de l’immobilier qui influe sur la valeur des biens dans le patrimoine : par exemple, en Allemagne, l’immobilier est moins cher qu’en France.

Les Belges, palme d’or des placements à risque

La faible quantité de placements européens s’effectue sous forme d’actifs financiers :

  • 11% vont sur des livrets d’épargne, des comptes courants, dit sans risque
  • 4% sont investis sous forme d’actions, de fonds communes de placement et d’actions

Quant aux actifs risqués, l’Italie se montre le pays le plus prudent avec seulement 2% du patrimoine placé dans ce type d’investissement, contre 3,5% en France et 5% en Allemagne. Le record est détenu par la Belgique qui non seulement totalise 25% du patrimoine de ses ressortissants dans des actifs financiers mais investit 11% de son actif dans des placements à hauts risques.